La lente destruction de la forÍt
br‚me du cerfCertaines parcelles forestières exploitées par les équipages de chasse à courre présentent des champs électromagnétiques allant de 900 à 2 500 angströms recouvrant l’emplacement de chaque partie du corps dépecé de façon rituélique. Ces parties anatomiques, animales et humaines, sont positionnées et organisées selon de formes géométriques variables d’un territoire à l’autre.
La chasse à courre endommage en continu les essences créant de zones « brûlées » - affaiblissement, jaunissement accéléré, maladies – au cœur des forêts.