cerf.jpg
CRETINS Convertir en PDF Version imprimable
AU FIL DES JOURS
     Mars 2015 
                  Ou le dénominateur commun de la classe politique française
 
                          "Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s'entretueront ..."

Du philosophe au simple citoyen sans titres ni noblesse, le qualificatif est brandi à l’unisson contre les représentants très en vue des deux partis politiques dit majoritaires et leurs acolytes ; partis qui se partagent le pouvoir en France depuis des décennies grâce à une constitution vieille d’un demi-siècle, aujourd’hui devenue obsolète, ignorante de l’évolution sociale et culturelle du pays et de l’Europe.
 
Dégradantes et suicidaires, les politiques publiques de la droite comme de la gauche n’ont qu’un seul objectif : plier à tour de rôle devant les intérêts des lobbies agricoles et cynégétiques pour plus de pollution, plus de tueries, plus de violence contre la terre, contre la vie animale et contre la vie végétale. 
 
Détruire tout, systématiquement, sur l’autel de l’économie, pour une poignée d’emplois, pour le bénéfice de certaines catégories qui s’empresseront de trahir à la première occasion. Exemple s’il en fût, l’Article 28 de la loi MACRON, réformer le Code de l’Environnement par ordonnance.
 
Décimer les campagnes et les forêts, abattre sans limites et sans vergogne la faune sauvage et d’élevage, faire table rase de tout le vivant. Les crétins sont légion.
 
Le crétinisme n’épargne pas non plus la Ministre de l’Ecologie qui parle de « postures » face à des choix qui relèvent de la survie d’un pays, reniant les valeurs éthiques fondamentales au profit d’un maroquin, voulant racoler de la sorte des voix qui ne viendront jamais au parti socialiste.
 
En niant le caractère « d’être sensible » à la faune sauvage vivant en liberté, Ségolène ROYAL et ses comparses, UMP, PS, PRG, Front de gauche se prononcent une nouvelle fois pour les blessures, les captures, les tueries à longueur d’année, ils revendiquent encore une fois les droit de faire du vivant une marchandise à la disposition du bon vouloir des hommes.
 
Sans conscience, aveugles à la souffrance, incapables de comprendre que les citoyens demandent le respect de la vie dans nos forêts, la protection des animaux sauvages, ils  cautionnent et encouragent la lie de la société française aux « actes de cruauté, de sévices graves ou de nature sexuelle ».
 
Ont-ils seulement assisté ont chasses à courre, ont-ils vociféré, hurlé, terrorisé la forêt tout entière décimée à longueur d’année par les chasseurs ? Ont-ils participé du lundi au dimanche, sans répit, à la destruction systématique, organisée de la vie sauvage dans les forêts de France ?
 
Sont-ils aussi de la partie lorsque les veneurs tuent et dépècent des humains et des animaux comme si les privilèges d’une MONTESPAN devaient encore perdurer au XXIème siècle ?
 
Cynisme des hommes et des femmes gouvernant ce pays, castes de politiciens corrompus moralement, complices actifs de la destruction de cette « biodiversité » accommodée à leurs seuls et uniques intérêts dont ils prétendent en faire une loi.
 
Loi dévoyée avant d’être votée, acceptation volontaire et délibérée des rituels monstrueux, la ministre comme les députés occultent volontairement aux citoyens les crimes inqualifiables des veneurs pour conserver le pouvoir et l’argent.
 
République malade voire moribonde, les assassins d’une monarchie déchue détiennent dans l’ombre, encore et toujours, les rênes du pouvoir en France.
 
Forêt de Campet exploitée par la chasse à courre
Image
 
 
 

 
< Précédent   Suivant >