header5.jpg
ARRIERATION Convertir en PDF Version imprimable

AU FIL DES JOURS

    Juillet 2013

                     Ou la caution du Président de la République aux crimes de la chasse

La France n’évolue pas. Jour après jour elle s’enfonce lentement, sûrement dans la décomposition morale, dans la turpitude des clans qui gangrènent tous les rouages de la nation.

Assemblée ou Sénat, au sein du groupe chasse, ils sont tous là, les chéris de tous les pouvoirs, - les chasseurs -, pour injecter le venin de la haine, du sang craché, des tueries sans fin dont ils abreuvent les Français chaque année, de janvier à décembre.

A contre sens de l’histoire, aligné aux éléments les plus rétrogrades de la société, à contre courant de l’Europe et des avancées du droit communautaire en matière de reconnaissance de la sensibilité animale, à reculons devant l’urgente nécessité de préserver toutes les expressions de la vie, François HOLLANDE inscrit sa trajectoire dans l’arriération mentale de son prédécesseur.

La plus haute autorité de l’Etat se porte garant une nouvelle fois, avec éclat le 29 mai 2013 de la délinquance organisée, des bandes des tueurs licenciés.

Protecteur du crime, caution morale de 2% de la population addicte aux fusils, à la destruction massive, planifiée, le Président HOLLANDE aligne sa politique sur le camp des tueurs, s’adonne à la prostitution pour une poignée de voix devenue le métier des hommes et des femmes politiques.

Que fait donc SA justice, corrompue jusque la moelle, si prompte à couvrir tous les délits des chasseurs, devant la multiplication des plaintes, devant les actes et délits de toute nature, jamais sanctionnés ?

Que fait donc SA justice des crimes commis par la chasse à courre dans la plus totale impunité ?

Forêt d'Ermenonville exploitée par la chasse à courre
Image
 

 
< Précédent   Suivant >